Dans la concurrence, sans que ce soit une généralité, mais le processus est différent. Il y a un clash dans l’industrie. Le conseiller sera généralement très présent dans les débuts. La personne signe un contrat, transfère ses actifs, fait confiance à son conseiller. La personne aura des nouvelles de suivi dans la première année, mais passé maximum 2 ans, c’est terminé. Le conseiller ne donne déjà plus signe de vie ou très peu. Le client recevra un courriel de temps en temps, mais il n’y aura pas de prise en charge réelle.

Je veux que mes clientes puissent vivre la même chose que moi. Je veux pouvoir fermer les yeux et me dire que j’ai bien travaillé., de la bonne façon et me dire que j’ai pu laisser des choix financiers à mon enfant. C’est important pour moi, c’est comme une mission de vie.

Pour résumer, la prise en charge et la continuité de la relation sont deux points importants qui me démarquent de mes concurrents.

Je me démarque également des conseillères féminines dans mon approche parce que je veux outiller ces femmes; oui, les outiller dans le domaine, mais aussi en tant que personne. J’ai parfois des comportements financiers qui me rappellent mon archétype, mon profil qui ressort par l’approche du test de l’ADN (évaluation du comportement financier). Je me connais maintenant mieux et je comprends mes comportements et réactions financières. Dans le domaine, en tant que conseillère, je suis la seule à avoir cette connaissance de soi grâce à l’approche du test de l’ADN, pour autant que je sache. Je ne porte donc pas de jugement, je veux avoir et donner les bons réflexes à mes clientes et leur permettre de développer une autonomie financière.

Pour les néophyte, l’ADN des finances est en fait un profil financier (évaluation du comportement financier), ton profil, ta relation avec l’argent. Ça peut permettre de comprendre et/ou te donner des objectifs de vie en fonction de tes caractères de l’ADN. C’est donc une profil que je demande à mes clientes de faire. De cette façon, autant elles que moi connaissons leur relation intime avec l’argent.

J’apporte aussi une partie plus «éducative» du domaine par une vulgarisation simple mais très concrète. Mon but n’est pas d’inonder mes clientes avec de grands mots savants et des calculs qui n’en finissent plus. Quand elle embarquent avec moi, elles sont assurées de comprendre les actions que l’on pose et les impacts à court, moyen et long terme.